Le Yoga pour soigner le mal de dos

soigner le mal au dos avec le yoga

Les roseaux ne sont pas très robustes, et pourtant malgré la tempête ils ne cassent que rarement.
C’est bien entendu leur souplesse qui fait leur force…
C’est donc les deux ingrédients que le Yoga propose pour redonner à la colonne vertébrale sa santé: Force & souplesse.

La Force:

L’occidental que nous sommes s’assied le plus souvent en appuyant son dos au dossier d’une chaise ou celui d’un canapé. En effet les tabourets n’ont pas vraiment la cote, alors que c’est justement assis sur un tabouret ou au sol (assise en tailleur) que l’on va reprogrammer la musculature profonde du dos qui s’est atrophiée à cause de nos dossiers.
C’est un travail qui demandera un certain temps, et donc aussi de la patience.
A ce stade, il est important de faire la différence essentielle entre deux familles de muscles diamétralement opposés.

Tout d’abord les gros muscles d’action comme par exemple les dorsaux dans le dos. Ils sont utiles pour accomplir des efforts intenses qui demandent une grande amplitude de mouvement. L’exemple parfait étant le mouvement du rameur qui muscle justement les dorsaux et élargit le dos.

Pour faire bref, ce sont ces gros muscles comme les quadriceps, pectoraux ou dorsaux que l’on travaille dans une salle de Fitness car ce sont ces muscles apparents qui vont modeler la silhouette au fur et à mesure qu’il vont grossir.

Cependant ce ne sont pas ces muscles que l’on sollicite dans le Yoga, mais plutôt des muscles beaucoup plus petits et profonds que l’on appelle muscles de gainage. Ils se situent tout autour de la colonne vertébrale si on prend l’exemple des muscles spinaux et viennent s’insérer sur les vertèbres, ou plus précisément sur les apophyses vertébrales qui sont des petits bras de levier situés sur les vertèbres et sur lesquels viennent s’insérer ces petits muscles de gainage.

Ce sont ces tout petits muscles capables d’accomplir que des petits mouvements qui sont extrêmement importants à fortifier, car l’immense avantage qu’ils ont par rapport à la première catégorie de muscles, c’est qu’il sont extrêmement endurants.

Bien entendu, lorsque ces muscles profonds de gainage sont atrophiés, ce qui est le cas pour la plupart des occidentaux que nous sommes, ce sont les gros muscles d’actions qui doivent maintenir le dos droit dans une assise sur un tabouret par exemple. Le problème est que ces gros muscles d’action très puissants, se fatiguent très vite.
Ceci explique pourquoi nous pouvons facilement avoir mal au dos si nous ne disposons pas de dossier dans l’assise.
Ainsi les postures de Yoga vont réveiller, reprogrammer ces muscles profonds de gainage extrêmement importants même s’ils ne sont pas visibles à l’oeil nu.
C’est eux qui vont assurer à la colonne vertébrale qui est notre charpente, sa force et sa robustesse.
Pour les personnes qui sont habituées aux exercices de gainage que proposent les Pilates, c’est pratiquement la même chose, puisque cette approche s’est inspirée du Yoga.

Un autre avantage à mobiliser cette musculature profonde du dos, est qu’elle va peu à peu détasser toute la colonne vertébrale, qui avec l’âge, a plutôt tendance à se tasser. En effet ces muscles vont non seulement assurer la cohésion et la force à la colonne vertébrale, mais aussi permettre un étirement axial de la colonne que l’on appelle mouvement d’auto-agrandissement.
Ce détassement de la colonne permettra donc de diminuer les douleurs dorsales car il va soulager les disques inter-vertébraux

Certains yogis qui ont dépassé la cinquantaine et qui auraient dû normalement déjà perdre 1 à 2 centimètres par rapport à la taille indiquée sur leurs cartes d’identité, peuvent au contraire en prendre 2 voire 3!
Quelques centimètres de plus ne changent pas grand chose à la taille d’un individu mais cela peut complètement éradiquer ses maux de dos.

La Souplesse:

La force ne suffit pas à assurer au dos une bonne santé.
Les althérophiles et les bodybuilders l’ont aussi compris, puisqu’ils se mettent de plus en plus à travailler parallèlement à la force, la souplesse de leurs chaînes musculaires, que ce soit par des exercices de stretching ou grâce au Yoga.

Si l’on travaille uniquement la force, les muscles se raccourcissent, et perdent de leur souplesse.
Cela crée beaucoup de tensions musculaires et donc de douleurs. L’exemple parfait étant les bodybuilders qui travaillent uniquement la force sans la souplesse et qui avec l’âge souffrent d’importantes douleurs un peu partout dans leur corps.

Malheureusement les tensions corporelles ne concernent pas que des personnes qui pratiquent des sports extrêmes, mais aussi toute personne qui subit le stress inhérent à notre société occidentale. Le stress et les inquiétudes sont la cause première des tensions et donc des douleurs dans notre corps. Grâce à des exercices d’assouplissement, étirer et conscientiser grâce au souffle les régions tendues de notre corps est probablement le bénéfice le plus important que l’on puisse tirer du Yoga.

Travailler uniquement la force musculaire sans s’occuper de sa souplesse a aussi pour conséquence de diminuer peu à peu l’amplitude de nos mouvements.
Cette amplitude est importante pour se sentir léger et ample dans son corps, mais aussi pour diminuer les risques de blessures.
Prenons l’exemple d’une cheville très puissante mais qui manque de souplesse. Si elle fait un pas de travers en subissant une forte torsion, il y a risque de déchirure musculaire et donc d’entorse.
Si cette cheville forte est également souple, elle ne sera pas mise en danger, tel un roseau que l’on plie sans qu’il se casse.

C’est donc une des raisons pour lesquelles on ne se blesse que très rarement dans le Yoga. L’autre raison étant qu’à part certaines formes de Yoga très acrobatiques et dynamiques, les postures sont prises avec beaucoup de lenteur et conscience ce qui diminue logiquement le risque de blessures.

Le Yoga étant issu des sagesses orientales, il prône donc aussi l’équilibre entre le yin et le yang.
C’est donc aussi dans un équilibre entre force et souplesse, comme le roseau, que nous permettrons à notre colonne vertébrale de rester en bonne santé jusqu’à nos vieux jours.

Leinad Bruderer

Retour au Blog
Partager cet article du Blog