Le bouddhisme en 1 page

qu'est-ce que le bouddhisme

Dans le bouddhisme, Il n’y a pas de croyances en une doctrine, pas de dogmes ou de rituels. Pas d’adoration d’un dieu, ni non plus de livre saint.

Il ne s’érige donc pas en religion mais au contraire les honore toutes, d’où son immense succès partout dans le monde.

Il est possible de s’intéresser aux conseils véhiculés par le bouddhisme sans forcément quitter sa religion. Pas besoin non plus de faire partie de la «Sangha» qui est la communauté bouddhiste.

Le bouddhisme n’est pas non plus une philosophie. Il refuse en effet la métaphysique car il ne croit pas que l’intellect soit l’outil approprié pour s’approcher de la vérité.

Avant tout, le bouddhisme est une pratique très concrète, un état d’esprit qui privilégie l’expérience personnelle en lien avec la nature et notre entourage. C’est au travers de cette expérience que nous pouvons peu à peu comprendre notre esprit pour nous approcher de la vérité et cheminer vers la libération.

C’est ce que vécut Siddharta Gautama, le Bouddha, qui a donné son nom au bouddhisme.

Il n’est pas un dieu, mais juste un exemple à suivre.

Le but de son existence fut de comprendre la cause de la souffrance humaine, et c’est l’essentiel de son enseignement qu’il nous livre dans les célèbres « 4 nobles vérités ».

Le fondement de cet enseignement est d’observer et comprendre, grâce à la méditation, que la majorité de nos souffrances sont dues au désir et à l’attachement.

Réaliser que nous fabriquons nous-mêmes notre propre souffrance et apprendre à désamorcer ces mécanismes pour vivre simplement plus heureux.

Le bouddhisme est également la voie du milieu. Il nous met en garde contre les dangers des extrêmes.
D’un côté, la fuite excessive dans les plaisirs crée de la souffrance. De l’autre côté, l’ascétisme et la privation nous assèchent et peuvent aussi constituer un tremplin pour l’égo.

Le bouddhisme nous apprend également à être attentif et conscient des gestes que nous accomplissons pour éviter d’être absent et de penser à d’autres choses. C’est ce que l’on appelle la Présence, qui est une forme de respect et d’amour pour nous-mêmes, pour les autres et pour tout ce qui nous entoure.

Comme l’hindouisme, le bouddhisme accorde une grande importance à la notion de « Karma »:

Chacune de nos actions a une conséquence dont nous sommes responsables.

Il est donc conseillé de mener une vie vertueuse en recherchant par exemple l’honnêteté, la générosité et la bienveillance. Et ceci, non pas pour mériter une récompense ou pour éviter l’enfer, mais simplement parce que cette manière de vivre, en pacifiant nos relations avec nous-mêmes et avec les autres, nous rendra plus heureux.

Pour faire simple, nous pourrions dire que le bouddhisme est une voie de Sagesse qui a pour but « l’art d’être heureux ».

C’est surtout au travers du Dalaï-Lama, représentant du bouddhisme tibétain, que nous connaissons aujourd’hui cette voie. Mais bien d’autres sages, comme par exemple Thich Nath Hanh, Matthieu Ricard, Goenka ou Pema Chödrön, nous livrent au travers de nombreux ouvrages, cet enseignement précieux.

Leinad

Retour au Blog
Partager cet article du Blog