Comment pratiquer le Yoga chez moi à la maison?

yogadomicile

Les élèves sont de plus en plus nombreux à suivre des cours de Yoga. C’est ainsi que le Yoga s’est transmis de génération en génération depuis des millénaires.
Seulement voilà, l’objectif du Yoga est aussi de favoriser l’autonomie de l’élève qui pourrait peu à peu se passer de son enseignant et pratiquer de plus en plus avec lui-même comme maître.

Voici quelques pistes pour franchir ce cap important:

Tout d’abord, il existe un foisonnement de plateformes et applications pour pratiquer le Yoga on-line.
Je ne m’aventurerai pas à vous en recommander une, car je ne m’y suis jamais intéressé, et surtout parce que celle qui vous fera du bien sera la bonne!
L’avantage de ces cours on-line, est de pouvoir facilement goûter à la richesse d’autres enseignants et à d’autres styles de Yoga.
L’inconvénient étant le foisonnement de l’offre qui pourrait favoriser une certaine dispersion, contraire à l’esprit du Yoga.

Si ces outils sont aidants, surtout pour les débutants, je ne peux m’empêcher de vous inviter à pratiquer pour vous-mêmes sans écran et avec l’écoute de votre corps comme enseignant.

Pour passer ce cap, un ingrédient est indispensable:

« SE FAIRE CONFIANCE »

Faire confiance à son enseignant c’est bien, se faire confiance à soi-même et à la sagesse de son corps, c’est encore mieux!
Votre corps est le mieux placé pour reconnaître ce qui lui convient ou pas.
Mais il est vrai qu’il faut d’abord apprendre à écouter son corps…

C’est Lionel Coudron qui le dit ainsi: « Notre corps est un livre ouvert à celui qui prendra le temps de le lire. »

Voici 5 CLEFS qui pourraient être utiles pour votre pratique personnelle.

  1. Mieux vaut une séance simple de quelques postures que j’explore profondément plutôt qu’une séance trop compliquée, qui agiterait encore davantage mon mental.
  2. Prendre du plaisir à pratiquer, est un puissant moteur pour progresser car il favorisera la régularité. Il viendra un jour, où le fait de pratiquer chez soi ne sera plus un devoir mais un plaisir, voire un besoin qui procure beaucoup de joie.
  3. Si vous turbinez trop dans votre tête, rendez la posture plus difficile, tenez-la plus longtemps, ou alors utilisez l’antidote absolu à l’agitation mentale: Prenez des postures d’équilibre, car l’instabilité de votre corps vous aidera à stabiliser votre mental.
  4. Pendant votre séance, prenez refuge dans l’attention à votre souffle, avec par exemple:
    • « ujayi » la respiration gutturale du guerrier avec un son très régulier au fond de votre gorge
    • « kapâla bhâti », la respiration accélérée ou « polissage du crâne » pour les élèves avancés
    • et pour les plus avancés, la respiration pranique avec éventuellement des « kumbhakas » (petites suspensions poumons pleins, et peut-être aussi poumons vides). Ces pranayamas peuvent paraître peu importants, mais si vous restez « main dans la main » avec votre souffle, sans le lâcher sous aucun prétexte, vous constaterez qu’ils sont des outils puissants pour développer la présence et donner toutes son efficacité à votre séance.
  5. Trouvez vous un petit coin tranquille pour pratiquer et si vous avez le choix, éteignez vos portables lorsque vous y déroulerez votre tapis. C’est un bon moyen pour « éteindre » aussi un peu notre agitation mentale.
Retour au Blog
Partager cet article du Blog